Cryptographie

Un article de Wiki Chouette d'Airyn, l'encyclopédie libre.

La cryptographie est la discipline qui étudie les méthodes pour coder ou décoder un message.

Dans une chasse au trésor comme la Chouette d'Or, l'emplacement du trésor est dissimulé dans un ensemble de textes et/ou de visuels, c'est pourquoi la cryptographie est primordiale.


Sommaire

Introduction : les méthodes de Max Valentin

Entre 1993 et 1997 environ, Max créait ses chasses au trésor seul. A partir du Trésor de Malbrouck (chasse lancée en novembre 1998), Max a créé ses chasses avec l'aide de Phillippe d'Euck. Max a déclaré à ce propos (Source : message n°52561 sur Lachouette.net daté du 23/04/2003.):

Ainsi que je l'ai déjà dit, la plus difficile était certainement "Le Trésor de Malbrouck" (sans doute l'influence de Philippe d'Euck, qui avait co-signé là sa première chasse avec moi : il est dur, cet homme-là ! :o).

L'arrivée de Phil d'Euck coïncide avec une augmentation de la complexité des méthodes cryptographiques. Ainsi, selon Schliemann, "les chasses précédant l'arrivée de Phil d'Euck contiennent des énigmes en moyennes moins complexes (2 ou 3 étapes en général)" et "il y a fort à parier que les méthodes plus complexes [...] sont le fait de Phil d'Euck". A ce propos, voilà ce que Phil lui-même déclarait (Source : message n°114015.03 du 15-07-2017 sur Lachouette.net) :

Je reconfirme et je confie aussi que les cryptos n'étaient effectivement pas vraiment son truc mais, disait-il malicieusement : "… dans toute chasse au trésor, il en fallait bien quelques uns quand même ! ".

Pour certains de ses codes, Max s'est clairement inspiré (http://lachouette.net/contrib/Airyn/Masquerade_et_la_Chouette_Airyn.pdf) de la chasse au trésor Masquerade de Kit Williams.

Max a déclaré ne jamais utiliser deux fois la même méthode dans ses chasses (Source : message n°763 sur Lachouette.net daté du 23 mars 2000)

Je ne me targue en effet que d'une chose, c'est de n'avoir jamais utilisé les mêmes méthodes dans les 36 chasses que j'ai conçues à ce jour. Les plus anciens chercheurs peuvent en témoigner.

Or cette affirmation est exagérée (voire fausse), comme l'a démontré Schliemann dans son abécédaire (par exemple Max a utilisé le "code dictionnaire" (http://lachouette.net/contrib/Airyn/Hypoth%C3%A8se_du_chiffre_dictionnaire_en_650_Airyn.pdf) une vingtaine de fois au moins).

Dans la Chouette d'Or

Voici les méthodes cryptographiques connues actuellement contenues dans la Chouette d'Or :

530

470

580

  • code A=1, B=2, etc.
  • code LA = A  ; SI = B ; DO = C ; RE = D ; MI = E ; FA = F ; SOL = G
  • code A=0, B=1, C=2, D=3 ... J=9

600

  • masses atomiques -> lettres (ce code a déjà été utilisé (http://lachouette.net/contrib/Airyn/Masquerade_et_la_Chouette_Airyn.pdf) dans la chasse Masquerade).

500

420

  • symboles des planètes.
  • code 365 = T = Terre ; 687 = M = Mars , etc.

650

  • anagramme de nombres : 1727 et 1750 > 71721075.

Les indications supplémentaires

  • code ALMISEFORU (2 IS)
  • code de César (http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiffrement_par_d%C3%A9calage)
  • code 1=A, B=2, etc.
  • substitution de lettres par d'autres (avocat : A vaut K)
  • anagramme (parfait de 13 lettres) : NEE CLEF EN MAIN > NEF ENCALMINEE. (voir ci-dessous)

Dans les autres chasses de Max Valentin

Voici une liste des codes utilisés par Max dans d'autres chasses :

  • A=1,B=2,etc : très utilisé.
  • acrostiche
  • addition
  • code "ALMISEFORU"
  • anagramme : utilisé une dizaine de fois (voir ci-après).
  • codeCésar
  • chiffres romains
  • de la Buse
  • département : le nom du département est codé par son numéro à 2 chiffres.
  • dictionnaire (avec des lettres ou des nombres) : un des codes les plus utilisés par Max (voir ci-dessous).
  • énigme logique (du menteur)
  • grille
  • inversion
  • jeu de mots "à la Maurice Biraud"
  • jeu mathématique - pyramide à trous
  • code Morse
  • phonétique
  • Pig Pen
  • rébus, rébus musical
  • saut de lettre à pas croissant
  • SOLEIL/713705 (code beghilos, ou orthographe pour calculatrice)
  • Vigenère (TH 2001)

Le chiffre du dictionnaire

Le principe du chiffre du dictionnaire est qu'un bloc de nombres se décode grâce à un texte-clef, dans lequel un nombre correspond au rang d'une lettre dans le texte-clef. En voici un exemple très simple : Message codé : 6 – 9 – 4 – 2 ; Texte-clé : LORBEDELATERRE ; Message clair : DABO. L'avantage de ce système de codage, c’est qu'il est inviolable sans le texte-clef.

Max a très souvent utilisé ce code ! (une vingtaine de fois en tout, ce constat a déjà été fait par Schliemann dans son abécédaire (http://kelpi.zabro.free.fr/Web/Fiches/abecedaire.htm)). Nous savons qu'à partir du Trésor de Malbrouck Max a co-créé les chasses avec son compère Phil d'EUCK. Celui-ci a amené sa propre « patte » aux chasses de Max, notamment par l’utilisation de codes compliqués. Cependant, dans ses 11 premières chasses sans Phil, Max a utilisé 9 fois ce code. L'utilisation du code n'a donc pas été induite par sa collaboration avec Phil. Dans les chasses Paris-Match, le code dictionnaire semble être un leitmotiv, voire un gimmick : dans une énigme au moins, il faut à chaque fois utiliser une inscription relevée sur un bâtiment comme texte-clef.

Pour plus de détails, voir l'hypothèse d'un chiffre dictionnaire en 650 (http://lachouette.net/contrib/Airyn/Hypoth%C3%A8se_du_chiffre_dictionnaire_en_650_Airyn.pdf), par Airyn.

Madits

Madits généraux

QUESTION n°38 DU 1996-09-23
TITRE : CRYPTO (BIS)
MAIS VOUS N'ETES PAS SANS SAVOIR QUE CERTAINES METHODES UTILISEES EN CRYPTOGRAPHIE FONT APPEL A UNE CLEF QU'IL FAUT POSSEDER POUR POUVOIR DECRYPT ER. D'OU MA QUESTION PRECEDENTE : EST-IL TOUT A FAIT INUTILE DE SE PLONGER DANS LES MANUELS DE CRYPTOGRAPHIE ?
LE FAIT DE SAVOIR QU'IL FAUT PARFOIS POSSEDER UNE CLE POUR DECRYPTER EST SUFFISANTE ! VOUS NE TROUVEREZ PAS DANS CES LIVRES D'INFOS DIRECTEMENT APPLICA- BLES AU JEU. SI CLE IL Y A, VOUS LES TROUVEREZ AILLEURS (DE PLUS, JE NE PENSE PAS QUE CES MANUELS SOIENT DES OUVRAGES "D'USAGE COURANT" !). MAINTENANT, SI VOUS VOULEZ SAVOIR SI LA LECTURE DE CE GENRE DE LIVRES VOUS APPORTERA QUELQUE CHOSE SUR LE PLAN DE LA CULTURE GENERA- LE, POURQUOI PAS ? MAIS POUR LA CHASSE A LA CHOUETTE, VOUS POUVEZ EN FAIRE L'ECONOMIE ! AMITIES -- MAX


QUESTION n°18 DU 1997-06-18
TITRE : L ORDINATEUR SAIT DECRYPTER
les chercheurs du nombre ou cryptograp hes savent decrypter tres vite parA ordinateur tout cryptage classique [saA uf algorythme ultracomplexe] soit alors vos enigmes sont a algorythA mes ultracomplexes ou soit les chercheAA eurs racontent n importe quoi ,votre avis la dessus merci ?
EN 93, UN CELEBRE FABRICANT D'ORDINA- TEURS A PERMIS A SES COLLABORATEURS D'UTILISER UN GROS SYSTEME PENDANT LES HEURES CREUSES AFIN DE S'ATTAQUER A LA CHOUETTE, ET A LA MEME PERIODE, UN GROU- PE DE SPECIALISTES D'UN SERVICE RATTACHE A UN MINISTERE QUE JE NE NOMMERAI PAS S'EST AMUSE A ESSAYER DE DECRYPTER LESENIGMES. VOUS CONSTATEZ VOUS-MEME LES RESULTATS : LA CHOUETTE EST TOUJOURS DANS SON TROU, ET LA CLE D'ORVAL N'A TOUJOURS PAS ETE TROUVEE. UN ORDINATEUR PEUT DECRYPTER DES CODES LOGIQUES MAI PAS DES "CODES FLOTTANTS", NI ETRE ASTUCIEUX. MALGRE LES PROGRES DE L'IN- FORMATIQUE, ON EN EST PAS ENCORE LA.JE SUIS D'AILLEURS PRET A RELEVER LE DEFI EN REMETTANT UNE PHRASE CODEE A TOUT ORGANISME QUI DESIRERAIT S'Y FROTTER EN METTANT EN BRANLE DES MOYENS SERIEUX L'ORDINATEUR-QUI-SAIT-TOUT- FAIRE, CELA N'EXISTE PAS ENCORE. AMITIES -- MAX

Sur les codages alphanumériques, et l'élégance :

QUESTION n°45 DU 1999-02-17
TITRE : SUPERSOLUTION
QUE DES MOTS AVEC CONTRACTION, DONC, SE COMPTENT PARFOIS COMME UN MOT, PARFOIS C OMME DEUX ET CE, D'UNE MANIERE PUREMENT ALEATOIRE ? TROUVEZ-VOUS CELA ELEGANT ?
JE NE PUIS VOUS DIRE SI C'EST LE CAS POUR LA CHOUETTE OU NON. CETTE RESERVE (INDISPENSABLE !) FAITE, IL EST DE TRADI TION POUR LES CRYPTOGRAMMES, EN FRANCAIS MAIS AUSSI DANS LES AUTRES LANGUES, DE NE PAS TENIR COMPTE DES ELISIONS, CONTRA CTIONS, ETC. CE QUI NE SERAIT PAS ELE- GANT, CE SERAIT DE PASSER D'UNE TECHNI- QUE A L'AUTRE AU SEIN D'UNE MEME ENIGME, SANS RAISON. MAIS JE CROIS QUE LE CRYPTA GE ALPHANUMERIQUE N'A DE TOUTES FACONS RIEN D'ELEGANT. IL FAUT L'UTILISER POUR CE QU'IL VAUT, MAIS NE PAS EN ABUSER. VOILA CE QUE JE PENSE. J'ESPERE AVOIR REPONDU AMITIES-- MAX

Sur les anagrammes

Rappelons que dans la totalité des chasses au trésor Max, n'a utilisé qu'une dizaine de fois la méthode des anagrammes (source : voir pdf (http://airyn.free.fr/chouette/Simon_Juliac/Les_chasses_au_tresor_de_Max_Valentin.pdf))

  • U, A, P, E, T, G, I, D, O > DOIGT PEAU ou PEAU DOIGT
  • Soie > Oise
  • Masure > Maures
  • E, O, A, I, D, T, N, I, N, D > ADDITIONNE
  • R, E, U, E, M, S > "MESURE" (ou "SEMEUR", "RESUME", "MUREES", "MEURES",et "REMUES")
  • Make clue ! Author > CHATEAU DE MALBROUCK, en ajoutant ABCD
  • Le roi en trêve pendant son exil à Cadix > Lance ton expédition vers Alexandrie
  • SAGE EST LA VIE VERTE > Variétés Végétales
  • Step in red > president
  • washnnc > Schwann


QUESTION n°24 DU 1999-08-31
TITRE : REMISE A ZERO
UNE FOIS DE PLUS JE REPARS A ZERO MAIS N E NOUS DECOURAGEONS PAS. BON,J'AI 16 LET TRES OU PLUS EN VRAC;J'EN PRENDS 15 POUR ECRIRE UN MOT ET J'EN CONSERVE UNE OU P LUS POUR UN AUTRE USAGE. EST CE QUE CELA ENTRE DANS LE CADRE IL N'Y A PAS D'AN AGRAMME DE PLUS DE 15 LETTRES? AMITIES NELLY
S'IL Y AVAIT UNE ANAGRAMME, ELLE NE SAU- RAIT FAIRE PLUS DE 15 LETTRES, CAR J'ES- TIME QU'AU-DELA, C'EST LA PORTE OUVERTE A DE TROP NOMBREUSES COMBINAISONS. DE PLUS, JE SIGNALE ENCORE UNE FOIS QU'IL NE ME VIENDRAIT PAS A L'IDEE DE COMPOSER UNE ANAGRAMME "IMPARFAITE", C-A-D UNE ANAGRAMME QUI N'UTILISERAIT PAS TOUTESLES LETTRES DE LA PHRASE-SOURCE. NI POUR LA CHOUETTE (S'IL Y EN AVAIT), NI POUR UNE AUTRE CHASSE, SAUF SI CETTE TECHNI- QUE DE LETTRES RESTANTES SERVAIT A AU- TRE CHOSE. EN TOUT CAS, DES LETTRES QUI NE SERVENT A RIEN ET IRAIENT A LA POUBEL LE, C'EST HORS DE QUESTION. AMITIES -- MAX


Sur les homophonies

Max a déjà utilisé le cryptage homophonique dans la chasse le Trésor d'Orval : une fausse piste mène à la ville de Cébazat (Puy-de-Dôme), homophone de "c'est pas ça" (en réponse à la question «est-ce ça ?» posée par un message codé).

QUESTION n°31 DU 1999-09-07
TITRE : CONTREPETERIES
MAX, IL Y EN A, DANS LE JEU, DES CONTREPETERIES? VOUS VOUS SERIEZ COMMIS A UN SI BAS NIVEAU? ULYSSE
PAR PRINCIPE, JE NE PEUX PAS REPONDRE, ULYSSE. JE NE DONNE JAMAIS AUCUNE INFO QUANT AUX TECHNIQUES DE CRYPTAGE UTILI- SEES. LA SEULE EXCEPTION CONCERNE LES JEUX DE MOTS "A LA MAURICE BIRAUD", QUI N'ONT PAS LEUR PLACE DANS UNE CHASSE AU . TRESOR. MAIS A PRIORI, TOUTES LES AU- TRES TECHNIQUES N'ONT RIEN DE DESHONO- RANTES, QU'IL S'AGISSE D'ANAGRAMMES, D'ANAGRAMMES "SYLLABIQUES" (DONC DE CONT REPETERIES), D'HOMOPHONIES, ETC. UNE CONTREPETERIE N'A PAS FORCEMENT BESOIN D'ETRE VULGAIRE ! CECI EST UNE REMARQUE D'ORDRE GENERAL. AMITIES -- MAX

Les "solutions à la Pierre Loti"

QUESTION n°43 DU 1999-02-04
TITRE : RE-TRIVIALITES (F)-
BONJOUR MAX, PARDONNEZ-MOI, MAIS IL SEMBLE QUE DANS V OTRE REPONSE A MA QUESTION D'HIER (TRIVI ALITE), VOUS AYEZ REPONDU COMME SI ELLE PORTAIT SUR LES RELIQUATS. OR J'AVAIS BI EN PRECISE (3 1ERE LIGNES) QU'IL S'AGISS AIT DE LA RESOLUTION DES ENIGMES. AUTRE REACTION ? MERCI*FARLEN
EN EFFET, FARLEN, VOUS AVEZ RAISON. J'AI DU M'EMMELER LES PINCEAUX QUELQUE PART. PUISQU'IL S'AGIT DES ENIGMES ET NON DES RELIQUATS, VOTRE DEMONSTRATION EST EN THEORIE VALIDE (A CONDITION, TOUTEFOIS, QUE CES ASSOCIATIONS D'IDEES NE SOIENT PAS CAPILLITRACTEES).JE VAIS REPRENDRE L'EXEMPLE DONNE HIER A UN CHERCHEUR, ET QUI CONCERNAIT PIERRE LOTI.UN VISUEL MONTRANT UN ROULEAU DE CORDES, UNE AN- CRE DE MARINE, UN STYLO, UN NARGUILE ET UN DRAPEAU FRANCAIS SERAIT ASSEZ ELOQUEN T POUR QUE L'ON PUISSE DECRYPTER L'ENIG- ME PAR ASSOCIATIONS D'IDEES. LE ROULEAU DE CORDES EVOQUERAIT LA CORDERIE ROYA- LE DE ROCHEFORT (LE PLUS LONG BATIMENT) DE FRANCE), VILLE NATALE DE LOTI, L'ANCR E DE MARINE EVOQUERAIT UN MARIN (PIERRE LOTI ETAIT OFFICIER DE MARINE) ET LE MUSEE DE LA MARINE DE ROCHEFORT, LE STY- LO SUGGERERAIT QU'IL S'AGIT D'UN ECRI- VAIN, LE NARGUILE EVOQUERAIT LA AUSSI PIERRE LOTI (QUI VIVAIT DANS UNE MAISON ENTIEREMENT DECOREE A LA MODE ARABE), ET LE DRAPEAU FRANCAIS EVOQUERAIT NICO- LAS CHAUVIN (QUI A DONNE SON NOM AU "CHAUVINISME", ORIGINAIRE DE ROCHEFORT). PRIS ISOLEMENT, AUCUN DE CES ELEMENTS NE PERMETTRAIT DE FAIRE DECOUVRIR QUOI QUE CE SOIT ; MAIS ENSEMBLE, CES INDICES POINTERAIENT SANS EQUIVOQUE SUR PIERRE LOTI (SI C'EST UN PERSONNAGE QU'IL FAL- LAIT TROUVER), OU SUR ROCHEFORT (SI C'EST UNE VILLE QU'IL FALLAIT LOCALISER) . ON POURRAIT AUSSI IMAGINER QUE D'AUTRE S ELEMENTS, VENUS D'ENIGMES PRECEDENTES, RENFORCENT ENCORE CETTE QUASI-CERTITUDE (MAIS PERSONNELLEMENT, J'EVITERAIS "ILOT", ANAGRAMME DE "LOTI", TROP FACILE ET INCOMPLETE SANS LE PRENOM !).

Sur les rébus

Max a confirmé que les visuels des énigmes 780 et 470 ne contenaient pas de rébus.

QUESTION n°49 DU 996-11-28
TITRE : 470
VOUS ECRIVEZ QUE L'ON COMPREND LE TITRE A LA FIN DE L'ENIGME.L'ENIGME 470 OU L'E NIGME GLOBALE? CONFIRMEZ VOUS QU'IL N'Y A PAS DE REBUS DS LA 780(VISUEL)?(PUISQUE L'ON PEUT DEP LACER LA BOUSSOLE)MERCI LEVIATHAN
JE PARLAIS DE LA 470. PAS DE REBUS DANS LE VISUEL DE LA 780. AMITIES -- MAX
QUESTION n°07 DU 1997-11-02
TITRE : KBU PAYE UN VERRE
PREMIER NOVEMBRE:KBU A UN AN DE PLUS.J'A URAIS BIEN PAYE L'APERITIF A MAX. A DEFAUT,CA SERA UNE QUESTION:DANS LA 47 0 DOIT ON TROUVER UN REBUS? AMITIES KBU
JOYEUX ANNIVERSAIRE, KBU ! NON, PAS DE REBUS DANS LA 470. AMITIES -- MAX

L'expression "amateurs de rébus" est à comprendre au sens large de "amateurs de jeux d'esprit" :

QUESTION n°39 DU 2000-02-08
TITRE : QUESTION D'ORDRE GENERAL - EOLE
CHER MAX,POURRIEZ VOUS NOUS DONNER VOTRE DEFINITION D'UN REBUS ? MERCI D'AVANCE - AMITIES - EOLE
SI VOUS FAITES ALLUSION A L'EXPRESSION "AMATEURS DE REBUS" QUI FIGURE SUR LA 4EME DE COUVERTURE DU LIVRE, J'AI DEJA DIT QUE CELA NE DEVAIT PAS ETRE PRIS AU PIED DE LA LETTRE. J'AURAIS AUSSI BIEN PU ECRIRE " AMATEURS DE JEUX D'ESPRIT". AMITIES -- MAX

Les méthodes traditionnelles des chasses au trésor

Les "poncifs" des chasses au trésor ne sont pas utilisés dans la Chouette d'Or :

QUESTION n°46\date=1995-11-22 DU {{{date}}}
TITRE : PONCIFS DE LA CHASSE ....
POURRIEZ VOUS DEVELOPER VOTRE REFLEXION DISANT QUE L ON DEVAIT OUBLIER LES PONCIFS DE LA CHASSE AU TRESOR POUR TROUVER LA CHOUETTE. AMITIES DREDD
L'ILE AU TRESOR, LES 3 PARCHEMINS QUE L'ON SUPERPOSE, LE DECRYPTAGE REALISE A L'AIDE D'UN CODE PUISE DANS UN AUTRE LIVRE, LES INDICES LAISSES SUR LE TER- RAIN, LA CROIX QUI PROJETTE SON OMBRE LORS DU SOLSTICE D'ETE, ETC... BREF, TOUT CE QU'ON TROUVE DANS LES RECITS DE PIRATES ! AMITIES -- MAX

Un texte sur la cryptographie, par Jarod

Voici un texte très intéressant de Jarod (initialement publié sur Edelweb le 25/02/1999 dans le message n°4823 (http://a2co.org/Edelweb/4900-4801.htm), mais disponible aussi sur son site perso (http://www.chouette.neotheque.com/contraintes.html))

Attention, c'est un peu abstrait. Désolé pour ceux qui pensent (avec raison) que mes contributions sont longues.

Mon idée est la suivante. On peut inventer une infinité de codes pour crypter une instruction. Mais le mode d'encodage de la Chouette (sa méthodologie générale) me paraît originale. Peut-on en dégager les principes ? Quels sont les contraintes qui limitent de ce fait les possibilités de Max et servent nos intérêts à nous du côté du décodage ? Le livre présente, d'une part, des messages digitaux : des textes et des chiffrages, de l'autre, des messages analogiques : des visuels, mais aussi des symboles, des jeux de mots.

Un message digital a une dimension linéaire, il est composé d'unités discrètes (type : une phrase ou une série de chiffres et de symboles opératoires). Un message analogique a une dimension visuelle, il "ressemble" à ce dont il parle ou le symbolise (type : une flèche pour indiquer une direction, un morse pour indiquer qu'un message est en morse). Exemple de message digital : "Il est interdit de fumer". Message analogique correspondant : un dessin représentant une cigarette barrée. Les méthodes d'encodage sont contraintes par ces deux modes de communication, et peuvent être réparties entre méthodes digitales et analogiques. Une méthode digitale consiste à encoder un message digital (typiquement : une phrase) en posant une règle de mise en correspondance de signes deux à deux (type de l'encodage digital : le chiffrage, modèle A=1, B=2, etc.). On obtient un message crypté qui est lui aussi digital. L'avantage de cette méthode, c'est qu'une fois qu'on a trouvé le code, la transcription le vérifie de manière non équivoque. La communication digitale est caractérisée par l'univocité : c'est vrai ou c'est faux, mais pas les deux à la fois. Tant qu'on n'a pas trouvé le code, on sait qu'on est dans le faux, et une fois qu'on a trouvé, on sait qu'on est dans le vrai.

Un encodage digital n'exclut pas la possibilité de chausse-trappe. Un bel exemple est fourni par l'énigme n° 1 de la Toison d'Or, dans laquelle le décodage donne une instruction et une direction "A l'est" : Si on suit l'instruction en l'appliquant d'emblée dans la même énigme, un second décodage donne une autre direction "Au sud". Mais, même ces pièges ne peuvent être que limités en nombre par le type d'encodage. Dans l'exemple en question, le chausse-trappe n'est permis que par l'existence de DEUX instructions dans la même énigme. Dans le livre de la Chouette, les messages digitaux ont été les premiers à être décodés, et on peut estimer qu'une fois découverts, ils n'ont plus été contestés, du fait de leur univocité. Ce sont les charades de la 530 et de la 470, la liste des 10 villes de la 580, la phrase codée par les masses atomiques de la 600, etc. On pourra discuter de quel Carignan il s'agit dans la 500, mais pas du résultat du décryptage lui-même qui donne Carignan.

Second type d'encodage : les méthodes qui consistent à faire usage de visuels, de symboles, de jeux de mots, qui évoquent, non par le truchement d'un code, mais par association d'idées, le message qu'il faut découvrir. Dans ce jeu, c'est sur ces codages analogiques qu'on se casse les dents. En effet, par opposition à un message digital, un message analogique est ambigu. Il ne se lit pas linéairement (de gauche à droite ou inversement), mais se comprend d'un seul coup en quelque sorte, comme un tout, une "Gestalt". Il ne peut pas exprimer la négation, l'inversion, les quantités, autrement qu'en intégrant des éléments digitaux (et encore le mélange est-il également incertain). Le décodage d'un message analogique est donc incertain. Le coq de la 530 peut représenter la France, le lever du soleil, et bien d'autres choses. En représente-t-il certaines et pas d'autres, ou les représentent-il toutes ? Qu'est-ce qui permet de déterminer ce qui est représenté de ce qui ne l'est pas ? Ce mode d'encodage domine dans le livre. Certains codages digitaux sont élégants, comme le recours aux masses atomiques. Mais la plupart, comme les charades, sont à la limite de la cucuterie. Ils sont presque un pied de nez que Max adresse aux ingénieurs du décryptage pour bien nous signaler que ce n'est pas là que va résider la difficulté. De fait, la difficulté est bien dans la prédominance des éléments visuels, symboliques, métaphoriques. Résultat : les problèmes de décodage qu'on connaît, les fausses pistes, les raisonnements circulaires auto-démonstratifs, etc. Mais cette méthode d'encodage ne nous pose pas que des problèmes à nous. Elle en pose au concepteur des énigmes. ET C'EST LA QUE ÇA DEVIENT INTERESSANT.

En effet, au final, il faut qu'un décodage soit possible et permette de trouver le trésor. Et quand ce dernier sera trouvé, il ne faut pas qu'on puisse contester a posteriori les solutions des énigmes et le chemin à parcourir pour arriver au trésor. Certes, Max pourra sans doute dire que les énigmes étaient solubles, puisque quelqu'un a découvert le trésor. Mais ce serait insuffisant. Il n'est qu'à voir l'impatience des chercheurs qui attendent la publication des solutions du Trésor d'Orval : certains veulent aussi comparer la pertinence des solutions officielles avec celle des solutions qu'eux-mêmes ont trouvées. Il faut donc éviter qu'à la lecture des solutions officielles, on puisse se dire : "Ah ? C'était ça ? Ouais, bof, ma solution était tout aussi acceptable". C'est ce "tout aussi acceptable" qu'il faut éliminer. L'auteur des énigmes est donc, dans l'opération d'encodage, confronté à ce problème : comment élaborer, à partir de codages ambigus, des solutions dont l'ensemble au moins, par sa cohérence, soit non ambigu ?

Première contrainte : Avec des messages analogiques, il ne peut pas le faire de 36 manières, IL EST OBLIGE DE SE REPETER. La redondance est en effet la contrepartie de l'ambiguïté : c'est la seule manière de la réduire. Quand on n'est pas sûr de se faire comprendre, on répète la même chose autrement. On a donc là un critère de vérité pour nos décodages (je parle des messages analogiques, pas des charades, chiffrages, etc.) : un résultat n'a de chance d'être bon que s'il est validé par des résultats qui vont dans le même sens à d'autres endroits de la même énigme ou du livre. Je suis conscient qu'en disant cela, j'apporte de l'eau au moulin de nos amis daboïstes, puisque Dabo peut être atteint par plus d'un décryptage. Mais justement, même pour faire une fausse piste, il faut que ce soit une "belle" fausse piste, et c'est vrai que, si c'est une fausse piste, toujours dans cette logique, elle ne saurait être levée que par des contre-décryptages encore plus "appuyés" par de la redondance. COROLLAIRE IMPORTANT de la redondance de l'information, et seconde contrainte : Max manque de place, en 11 pages et 11 visuels, pour fournir une information qui serait A LA FOIS redondante et compliquée. Les énigmes ne peuvent contenir logiquement qu'un ensemble dont les éléments de base sont EN NOMBRE LIMITES, mais répétés et codés sous des formes différentes. En d'autres termes, les points ou lieux à trouver sont à mon avis directement ceux que tout le monde désigne sous leurs appellations habituelles : l'ouverture, les 10 villes, le NNP, etc. et toute solution qui doive faire appel à des points intermédiaires, supplémentaires, dérivés, doit être accueillie avec circonspection si le point en question ne résulte pas d'une instruction digitale non équivoque et/ou n'est pas confirmé par PLUSIEURS instructions analogiques. Inutile de dire que, pour ces raisons, je doute de points autres que Bourges dans la 530, d'un point précis de bifurcation entre la 780 et la 470, de Rocamadour ou d'autres points que Roncevaux dans la 470, etc. Résultat: les solutions doivent elles-mêmes être à la limite de la cucuterie. Ce que Max confirme dans un récent madit recopié sur le forum : les meilleures chasses sont celles dans lesquelles les énigmes sont simples et où les chasseurs se perdent d'eux-mêmes en cherchant compliqué. Voilà.

C'était un peu long, mais j'essaie en ce moment de répondre à certains problèmes épistémologiques du type : nous savons tous intuitivement quand une piste est "capillotractée" (j'aime bien ce néologisme que j'ai découvert sur ce forum). Mais existe-t-il des critères sur lesquels nous nous appuyons pour affirmer nos intuitions ? Si nous pouvions objectiver ces critères, nous aurions un moyen d'écarter plus systématiquement les pistes douteuses. En voici donc deux que je soumets à vos réactions :

  • contrainte de redondance (les éléments visuels ou symboliques signifiants doivent revenir plusieurs fois)
  • contrainte de simplicité (les résultats du décryptage final sont en nombre limité sur la carte).

Liens

  • La cryptographie (http://web.archive.org/web/20140318084513/http://kelpi.zabro.free.fr/Web/Outildoc/crypto.htm) sur le site de Patrice (lien archive (http://kelpi.zabro.free.fr/Web/Outildoc/crypto.htm)).
  • Les codes (http://web.archive.org/web/20130208054608/http://kelpi.zabro.free.fr/Web/Outildoc/codes.htm) sur le site de Patrice (archive lien (http://kelpi.zabro.free.fr/Web/Outildoc/codes.htm)).
  • Ars Cryptographica (http://www.apprendre-en-ligne.net/crypto/menu/index.html).
  • Un chiffre dictionnaire en 650 ? (http://lachouette.net/contrib/Airyn/Hypoth%C3%A8se_du_chiffre_dictionnaire_en_650_Airyn.pdf), par Airyn.
Outils personels