Madits

Un article de Wiki Chouette de Piblo, l'encyclopédie libre.

Les madits sont les questions-réponses publiques du serveur minitel MAXVAL. L'expression madit vient de la contraction de l'expression Max m'a dit.

Durant l'été 1997, Max a rédigé une synthèse des madits pour le Figaro-Magazine (http://www.michelbecker.com/figaro.htm) (juin-août 1997). A la fermeture du serveur minitel, les madits ont été compilés dans des fichiers texte et confiés au webmestre de l'époque, Vélo (http://monglane.a2co.org/interview_velo_madits.htm). Ils sont maintenant disponibles en gros ou au détail sur différents sites. Les madits sont écrits en majuscules à cause des contraintes imposées par la clavier du minitel (Source : message n°82864.0103 sur Lachouette.net de Ivato) :

L'objet Minitel a été conçu de telle manière que la frappe sur le clavier se faisait NATURELLEMENT en MAJUSCULES.Contrairement aux claviers d'ordinateurs et de machines à écrire qui sont naturellement en minuscules. Et donc, pour écrire en minuscules il fallait tenir appuyée la touche "Maj" ou "Shift" tout le temps de frappe, ce qui occupe a minima un doigt voire une main entière. Et sur Minitel il n'y avait pas de verrouillage mécanique de cette touche... On pouvait inverser le clavier par une combinaison de touches mais peu de gens connaissaient cela. C'est la raison pour laquelle presque tous les madits sont écrits en majuscules.


Il existe des madits "perdus" : le serveur gérant le 3615 MAXVAL ayant planté en septembre 1995, quelques QR ont été perdues, mais ont pu être récupérées via des copies d'écran du minitel. Ils sont accessibles à cette adresse (http://www.lachouette.net/contrib/QR_perdues/QR_perdues_05+06.0995.txt) (Source : message de Vélo n°112138 sur Lachouette.net).

Comment les utiliser ? Comment les interpréter ? Il y ceux qui font une utilisation raisonnée des madits (les maditologues) et ceux qui essayent de leur faire dire n'importe quoi (les maditomanciens). Les madits les plus délicats à interpréter et à comprendre sont appelés maudits.


Les synthèses de madits

  • Les synthèses officielles du Figaro Magazine, fournies par Max. A une époque, Michel Becker les proposait sur son site en libre téléchargement (ancienne adresse (http://www.michelbecker.com/figaro.htm)).
  • Les synthèses de Zarquos (http://lachouette.net/index.php?a=contrib&ref=-Zarquos_Syntheses) (hébergées sur Lachouette.net).
  • Le site de Carpe Diem (http://pagesperso-orange.fr/Carpe-Diem.Chouette/).
  • Le site de Zoe (http://zoechouette.free.fr/Introduction&Plandusite.html).

Documents téléchargeables :

  • Les synthèses de Kix (http://www.lachouette.net/index.php?a=contrib&ref=Kix).
  • Les synthèses de Maxchouette (en contribution sur lachouette.net, télécharger archive zip 3.3 Mo (http://lachouette.net/contrib/Maxchouette/Selection_madits_nov2012.zip)).
  • La Doc JJ (http://surlestracesdelachouettedor.blogspot.com/2017/11/la-doc-jj.html) : au format pdf (télécharger (http://kelpi.zabro.free.fr/Web/Accueil/DocJJ.pdf)), au format texte (télécharger (http://airyn.free.fr/chouette/DocJJ/DocJJ_text_18.6.17.txt)) - merci à n49o7 pour le partage
  • Synthèse de Eureka pour la 520 : page 1 (http://airyn.free.fr/eureka_520_1.jpeg), page 2 (http://airyn.free.fr/eureka_520_2.jpeg).
  • Toulousaing a créé une compilation des synthèses de Zarquos au format pdf :télécharger (http://didiermorandi.fr/Chouette/Syntheses_de_Zarquos.pdf).

Fermés ou inaccessibles :

  • Le site de Zarquos (ancienne adresse (http://www.zarquos.net/)).
  • Packs de madits classés par énigme sur le site de Luc André (ancienne adresse  (http://luc.andre11.free.fr/chouette/index.php)).
  • La synthèse de Pur Esprit (ancienne adresse (http://www.psyquo.com/zvrac/MADITS_PurEsprit.xls)).


Les moteurs de recherche

Fermés ou inaccessibles :

  • Le moteur de recherches de madits de Zarquos.net (ancienne adresse (http://www.zarquos.net/moteur.php)).

Pourquoi les madits sont en majuscules ?


Au sujet des madits, par Max Valentin


Message n°61231 de Max Valentin sur Lachouette.net

[...]Sur le 3615 MAXVAL, je répondais STRICTEMENT aux questions qu'on me posait, en tenant compte de la formulation desdites questions. Ce n'était pas mon rôle de corriger ou de lire entre les lignes ; et peu importe qu'il s'agissait de bonnes pistes ou de fausses pistes, évidemment. (Si j'avais systématiquement refusé de répondre aux questions portant sur les fausses pistes, il y a longtemps que ces fausses pistes auraient été éliminées !)

Je donne un exemple : si, dans une chasse au trésor, un visuel montre une botte de radis nouée par un ruban rose, et si cette botte de radis était un élément d'une fausse piste, je répondrais certainement "oui" à la question : "Ce ruban est-il rose ?", et "non" à la question  : "Est-ce qu'il s'agit de poireaux ?". Mais je refuserais de répondre à la question : "Ce visuel est-il un élément de la bonne piste ou une fausse piste ?"

Il m'est souvent arrivé de ne pas répondre parce que les questions étaient trop précises. Il m'est arrivé aussi de répondre (quand même) à certaines questions, même si mes réponses - les seules possibles dans ces cas précis - pouvaient éventuellement être interprétées de manière "dangereuse". Mais dans ce cas, je le précisais clairement... Enfin, il m'est arrivé - à de rares occasions - de ne pas POUVOIR répondre à certaines questions (qu'il s'agisse de la bonne piste ou de fausses pistes), parce qu'elle étaient formulées de telle sorte que mes réponses auraient obligatoirement envoyé les chercheurs dans le mur.

Un dernier mot. J'ai précisé des dizaines de fois que je répondais TOUJOURS au premier degré. Dès lors, lorsqu'un chercheur procédait pas allusion ou clin d'oeil supposés me faire réagir dans un sens ou dans un autre, il en était pour ses frais : j'ignorais volontairement cette gentille tentative de manip, et je répondais au premier degré. Or, à la lecture de certaines contribs sur ce forum, je constate que certains recherchent, dans ces questions et réponses particulières, de quoi les conforter dans l'idée que j'ai joué au plus fin avec eux. Grave erreur : ce n'était pas le cas ! Si ces chercheurs ne me croient pas, qu'y puis-je ? Ils s'enfonceront dans des fausses pistes qu'ils auront eux-mêmes inventées ! [...]

Message de Max Valentin n°56886 sur Lachouette.net -

Bonjour,

Je reprends la contribution 56867 de Magic, ci-dessous :

QUESTION n°25 DU 1995-09-10
TITRE : 780 (DESTINATION)
MAX...VOUS DITES: QUE DANS LA 780 C'EST, LA DESTINATION DU PIETON OU, DU COCHER QUI EST IMPORTANTE... PEUT-ON ,NOMMER..CITER..DESIGNER PAR UN NOM CETTE DESTINATION ? MERCI CAZAC
PLUS QUE LA DESTINATION, C'EST LA DIRECTION QUI EST IMPORTANTE. NEANMOINS, LA DESTINATION PEUT ETRE CITEE, OUI. AMITIES -- MAX
QUESTION n°8 DU 1999-10-14
TITRE : GRAAL SUITE
PEUT ON DIRE QUE LA DESTINATION EN 470 SANS ETRE CONNUE DEJA EN 780 PEUT NEANMOINS ETRE CITEE DES LA 780? MERCI GRAAL*
DESTINATION : NON. AMITIES -- MAX

Je dois dire que la juxtaposition de mes deux réponses me trouble. Elle me trouble car si je sais parfaitement pourquoi j'ai répondu "oui" dans le premier cas (de 1995) et "non" dans le second (de 1999) - et dans beaucoup d'autres avant et après - je me rends compte, aussi, que cela peut sembler aujourd'hui totalement incohérent. C'est justement cette juxtaposition qui provoque ce sentiment d'incohérence.

Je fais donc une entorse à ma règle ne plus fournir de précisions supplémentaires, car je trouve que ce serait malhonnête de ma part de vous maintenir dans le flou.

En 1995, quand on me demandait si on pouvait "nommer, citer, désigner la destination PAR UN NOM", je ne donnais pas le même sens au mot "destination" que celui que je lui ai donné par la suite, sous la pression des chercheurs qui ont commencé à expliciter ce qu'ils entendaient par "destination". Ce qui m'a incité à répondre "oui" en 1995, c'est donc la formulation : "par un nom". Pour moi, cela signifiait alors : "par un mot ayant la qualité grammaticale d'un nom (commun OU propre)". Dans ce cas, je ne pouvais logiquement répondre que "oui".

Plus tard - ou lorsque la question posée par les chercheurs est devenue plus formelle et que le mot "destination" a été explicité par les chercheurs (par exemple un lieu précis portant un nom propre, qu'il faudrait découvrir), il m'a fallu, tout aussi logiquement, répondre "non".

Bien sûr, dans son message de 1999, Graal ne parlait pas d'un "lieu". Mais le mot "destination" avait déjà pour moi, alors, un sens particulier à cause d'un historique que je ne pouvais pas évacuer, et dont je tenais compte.

J'espère que cette mise au point vous sera utile.

Maintenant - et parce que je vous connais bien :o) - je veux préciser la chose suivante : il m'est arrivé à plusieurs reprises de voir sur ce forum des juxtapositions que vous mettiez en exergue, en vous demandant pourquoi elles semblaient contradictoires. Je ne suis pas intervenu à leur sujet parce que je maintiens tout ce que j'avais écrit à l'époque. Les contradictions ou les incohérences de ces réponses n'ont sont pas : elles découlent de la formulation des questions. Il est donc inutile de me les présenter à nouveau sous prétexte que je viens de commenter les deux ci-dessus, car je ne le ferai pas :o))

Quant aux erreurs que j'ai commises dans mes réponses, je les ai corrigées lorsqu'on me les a signalées. Par conséquent, si vous trouvez dans les archives une réponse de ma part qui vous semble paradoxale, vérifiez bien si, dans les jours suivants, elle n'aurait pas été corrigée. [...]

Message de Max Valentin sur Lachouette.net n°54589

[...]Il est possible que, sur la masse des Q-R, il en existe qui semblent se contredire. Mais en ce qui me concerne, ayant assez bien suivi vos échanges sur ce forum, je n'ai rien vu que je puisse renier aujourd'hui.

Pour juger de la manière dont j'ai répondu aux questions posées, il faut garder en mémoire que j'ai TOUJOURS répondu au premier degré, et TOUJOURS strictement à la question posée. Parfois, un simple mot, ou même un signe de ponctuation (c'est arrivé), m'autorisait - ou au contraire m'interdisait - de répondre à une question alors qu'elle avait déjà obtenu une réponse (ou un refus de réponse) par ailleurs.

Ce n'est pas faire injure aux chercheurs que de dire qu'ils formulaient parfois leurs questions de manière extrêmement vicieuse :)) de manière à me forcer à répondre en rebondissant sur une autre question déjà préalablement posée, ou sur l'une de mes réponses antérieures. Il y a eu beaucoup de finesse dans ce jeu-là ! Aussi, avant de décider que je me suis contredit - ou que j'ai refusé de répondre à une question à laquelle j'avais semble-t-il déjà répondu par le passé - analysez bien tout ce qui, dans la formulation d'une question précise sur un sujet donné, pouvait être différent d'une autre, tout aussi précise, même si cela ne saute pas aux yeux lors d'une lecture rapide aujourd'hui...

Egalement, certaines de mes réponses peuvent paraître ambiguës lorsqu'on les sort du contexte des questions qui les précédaient. Il n'y a pas si longtemps, j'ai vu ici quelques exemples de ce genre. A l'époque, lorsqu'un chercheur me posait une question qui, à l'évidence, rebondissait sur l'une de mes réponses précédentes, sans s'y référer explicitement, je répondais en tenant compte du contexte, mais je ne pouvais tout de même pas commencer à chaque fois mes réponses par : "Ah, je pense que vous faites allusion à ceci ou à cela !". Une réponse faite à une question ne peut pas toujours être un monument d'airain, avec un début et une fin bien tranchés, comme s'il s'agit d'un bloc indépendant sans aucune référence croisée à d'autres questions et d'autres réponses. Les Q-R doivent être considérées comme une sorte de continuité pas toujours linéaire. Aussi, lorsque vous extrayez certaines réponses "brut de fonderie" de leur contexte, il se peut que vous vous sentiez déstabilisés ! :o) Donc prudence.

Aujourd'hui comme par le passé, je revendique le droit à l'erreur, comme n'importe quel être humain. Certaines erreurs m'ont été signalées à l'époque, et j'en ai peut-être commises d'autres. Mais je voudrais insister formellement sur ce point : je n'ai JAMAIS sciemment envoyé quiconque dans le mur. Si je l'avais fait (et sachant que lorsque la chouette sera trouvée les "victimes" me tomberaient sur le râble comme un seul homme), il aurait fallu que je sois un véritable masochiste, doublé d'un irresponsable pathologique ! C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai autorisé Velo à reproduire les Q-R et à les conserver sous vos yeux, car je n'ai rien à cacher. Bref, j'assume tout ce que j'ai écrit, aujourd'hui comme hier, même les éventuelles âneries ! [...]


Message de Max Valentin sur Lachouette.net n°54689.0201 du 21-08-2003

Au début de la chasse, sur le 3615 MANYA, rubrique "Ecrire aux auteurs", je signais mes réponses "Bonne continuation -- Max". Il m'a fallu quelques semaines pour me rendre compte que certains chercheurs prenaient les mots "Bonne continuation" pour une confirmation de leurs hypothèses, et pensaient que je leur signifiais par là de poursuivre sur la voie qu'ils m'avaient décrite. C'est à partir de ce moment que j'ai signé "Amitiés -- Max".

Juste pour vous montrer combien chaque mot a une importance... même quand il n'en a pas !

Amitiés et bonne continuation :o) -- Max

Madits sur les madits

Max répond au premier degré s'il ne comprend pas la question :

QUESTION n°16 DU 1996-10-30
TITRE : 780
Bonsoir MAX En utilisant ma boussole par l'ouverture je suis tombe sur un oeuf... Cela est-il logique, ou ne comprenez- vous pas ma question ? Amities -- Pherinos & Alcuin
JE NE FAIS AUCUN COMMENTAIRE.VOUS PENSEZ BIEN QUE, DEPUIS LE TEMPS, ON A ESSAYE SUR MOI TOUTES LES TECHNIQUES POSSIBLES ET IMAGINABLES, Y COMPRIS DES QUESTIONS ABSCONSES, HERMETIQUES, PLEINES DE SOUS ENTENDUS ET D'ALLUSIONS ; LE QUESTIONNE- MENT INDIRECT, LES APPROCHES IMPLICITES, LE QUESTIONNEMENT PAR DEFAUT, LES QUES- TIONS DE SUBSTITUTION, LES PETITIONS DE PRINCIPE, LES QUESTIONS OBLIQUES, L'AFFIRMATION GRATUITE, LA DISTORSION, LA PROVOCATION ET MEME LA COLLUSION ENTRE PLUSIEURS CHERCHEURS POUR ME MANI- PULER ! JE CONSIDERE TOUT CELA COMME DE BONNE GUERRE, ET SI J'ETAIS A LA PLACE DES CHERCHEURS, SANS DOUTE FERAIS-JE DE MEME... CONTRE CELA, JE N'AI QU'UNE SEULE DEFENSE LORSQUE JE CONSIDERE QUE JE NE PEUX PAS REPONDRE SANS METTRE LE JEU EN DANGER : JE "COMPRENDS" LES QUES- TIONS AU PREMIER DEGRE (VOLONTAIREMENT) ET JE REPONDS AU PREMIER DEGRE. BREF, JE NE PEUX PAS REPONDRE A CETTE QUESTION ET JE NE PEUX PAS VOUS DIRE SI JE LA COMPRENDS OU NON. CETTE MANIERE DE ME QUESTIONNER EST TRES DANGEREUSE, CAR JE PEUX VOUS ENVOYER SUR UNE FAUSSE PISTE SANS LE VOULOIR. DESOLE POUR CETTE LON- GUE REPONSE UN PEU HORS SUJET, MAIS JE VOUDRAIS BIEN QUE CHACUN COMPRENNE QU'IL VAUT MIEUX POSER LES QUESTIONS FRANCHE- MENT - QUITTE A ESSUYER UN ECHEC - QUE DE TOURNER AUTOUR DU POT ET RECEVOIR UNE REPONSE QUI POURRAIT ALORS ETRE MAL INTERPRETEE. AMITIES -- MAX

Le dernier madit annonçant la fermeture du service :

QUESTION n°34 DU 2001-12-14
TITRE : DE MAX A TOUS : RUBRIQUE CLOSE
CHERS AMIS, AINSI QUE JE L'AI ANNONCE, CE SERVEUR VA FERMER SES PORTES DEFINITIVEMENT DANS QUELQUES JOURS. LE PRESENT MESSAGE MAR- QUE DONC LA FIN DE LA RUBRIQUE "QUESTION S-REPONSES". TOUS LES MESSAGES QUI FIGUR ENT ICI SERONT TRES BIENTOT CONSULTABLES SUR INTERNET. DES QUE LA RUBRIQUE SERAEN LIGNE, VOUS EN SEREZ INFORME EN CONSU LTANT LE SITE DE "VELO" : http://chouette.antidabo.com/ QUI VOUS INDIQUERA LE LIEN VERS L'INTEGRALITE DES QUESTIONS- REPONSES DE LA CHOUETTE. SUR CE SITE, JE NE POURRAI MALHEUREUSEMENT PAS REPONDRE A DE NOUVELLES QUESTIONS. IL SERA PUREME NT CONSULTATIF. MAIS J'AVAIS PROMIS QUETOUS LES MESSAGES SERONT TENUS A LA DISP OSITION DES CHERCHEURS JUSQU'A LA DECOUV ERTE DE LA CHOUETTE. J'AI COMMENCE A REPONDRE AUX QUESTIONS D ES CHERCHEURS LE 3 JUIN 1993, SUR L'ANCI EN SERVEUR MANYA, ET J'AI CONTINUE SUR LE PRESENT SERVEUR MAXVAL. JE NE M'ATTEN DAIS EVIDEMMENT PAS A UN TEL DEFERLEMENTDE QUESTIONS ! PENDANT LES PREMIERES ANN EES, JE REPONDAIS INDIVIDUELLEMENT A TOU S LES CHERCHEURS, PUIS J'AI REPONDU, EN PLUS, AUX MESSAGES DE LA PRESENTE RUBRI- QUE. AU TOTAL, J'AI REPONDU A 97 549 QUESTIONS, ET J'EN AI LUS 20 452 DE PLUS , QUE LEURS AUTEURS ME DEMANDAIENT D'EFF ACER. CELA FAIT UN TOTAL DE 118 001. SION M'AVAIT DIT, EN 1993, QUE LES CHERCHE URS M'ENVERRAIENT 118 000 MESSAGES, JE NE L'AURAIS PAS CRU ! MAIS SACHEZ QUE CHACUN DE CES 118 000 MESSAGES REPRESENT E UNE PARCELLE CHERE A MON COEUR, CAR C'EST UN LIEN, JAMAIS ROMPU, QUI M'A FAI T APPRECIER VOTRE COMPAGNIE AU-DELA DE CE QUE LES MOTS PEUVENT TRADUIRE. J'AIMEA CITER LE MOT D'UN JOURNALISTE QUI A EC RIT QUE C'EST SUR MAXVAL QUE L'ON TROUVA IT "LE PLUS HAUT POURCENTAGE D'INTELLIGE NCE AU CENTIMETRE CARRE". JE CROIS QU'EN SOUSCRIVANT A CETTE APPRECIATION, C'EST LE PLUS BEL HOMMAGE QUE JE PUISSE VOUS RENDRE, A TOUS ET A TOUTES. MERCI. AMITIES -- MAX
Outils personels